Des drones américains aux frontières de l’Algérie

Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, a donné son feu vert aux Etats-Unis pour la création d’une base de sur-veillance dans la région nord d’Agadez, à cheval sur le Mali (à l’ouest), l’Algérie (aunord-ouest), la Libye (nord) et le Tchad(sud). L’information, qui n’était qu’une rumeur depuis des semaines, obligeant les autorités algériennes à revenir chaque fois à la charge pour démentir toute installation d’une base de drones à ses frontières, a été confi rmée par le Washington Post qui cite le Pentagone. La région sert de principale voie de transit pour le trafic transsa harien et un point « chaud » aux activités terroristes. Pour preuve, en mai 2013, un double attentat suicide a visé une base militaire nigérienne dans la ville d’Agadez, où une importante mine d’uranium est exploitée par les Français, dans la zone d’Arlit, à 200 km au nord de la ville d’Agadez. En 2010, quatre travailleurs français du groupe Areva, qui exploite la mine, ont été enlevés jusqu’à leur libération contre le paiement présumé d’une rançon de 20 millions de dollars en octobre 20133. Le rapt avait été revendiqué par AQMI. C’est la deuxième base américaine dans le pays, mais la première qui soit frontalière de l’Algérie. Selon le Pentagone, les drones lancés depuis cette base poursuivront les terroristes qui opèrent en Afrique du Nord et de l’Ouest, sans préciser si les aéronefs sont équipés d’armements ou serviront à la récolte d’informations uniquement. A Niamey, la capitale du Niger, les forces américaines par la suite françaises ont mis en place des hangars de drones l’an dernier, des appareils censés eff ectuer des vols de reconnaissance au-dessus du Mali.

عن maamar

شاهد أيضاً

في اليوم الـ226 من الحرب.. مجزرة جديدة بجباليا وخلافات داخلية في حكومة الكيان

في اليوم الـ226 من العدوان على غزة، يواصل الجيش الإسرائيلي عدوانه على القطاع بعدما ارتكب في …

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *